Pas de privatisation de la Poste

Publié le par François FRUGIER

Après les propos tenus par Henri Guaino qui avait laissé entendre que l'ouver­ture du capital de La Poste n'était plus à l'ordre du jour en raison de la crise financière, Luc Chatel, le Secrétaire d'État à la Consommation et porte-parole du gouvernement, est monté au créneau à son tour. Il a enfoncé le clou et affirmé à l'Assemblée Nationale qu'il n'y aura pas de privatisation de La Poste et il n'y aura pas de remise en question des garanties de service public.

Sur l'ouverture du capital de l'entreprise publique, rien ne sera fixé avant janvier. La commission mis en place mi-septembre par le Président de la République Nicolas Sarkozy composée notamment d'élus et de représentants syndicaux et présidée par François Ailleret, est chargée d'étudier l'avenir de La Poste. Elle poursuivra ses travaux jusqu'à la fin du mois de décembre et c'est à ce moment-là, et à ce moment-là seulement, que le gouvernement se prononcera sur ce sujet.

Rappelons que le 28 août dernier, le président du groupe La Poste, Jean-Paul Bailly, avait confirmé son intention de demander à l'Etat son changement de statut d'établissement public en société anonyme, avec une ouverture de capital en vue.


En l'état actuelle de la crise économique, ce n'est pas une bonne chose de vouloir privatiser La Poste. Les Français restent attachés à ce service public de proximité, qui par son implantation établi un véritable lien social. Il est important de maintenir une égalité du service sur l'ensemble du territoire même si une évolution s'impose. La Poste doit se préparer à la concurrence, assurer son avenir, sa pérennité et son développement.

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article